Des insectes originaires d’Asie

Christine Leneveu, respon- sable du bureau biodiversité à la Direction Régionale de l’Environnement Haute-Normandie (Diren) connaît bien le sujet.
« C’est la conséquence de la prolifération de la coccinelle asiatique qui a stupidement été vendue dans le cadre de l’agriculture biologique. On n’a pas tenu compte de ce que l’espèce n’est pas adaptée à notre biome (ensemble des écosystèmes caractéristiques à une région). Cette variété n’a pas le même comportement, si elle est plus performante en matière d’élimination des pucerons, elle mange aussi la coccinelle européenne qui risque de disparaître ».
L’insecte est reconnaissable à la multitude de points qui marque sa carapace, alors que « la bête à Bon Dieu » locale n’en compte que sept.

coccinelle asiatique

« Ce n’est pas bon signe pour notre écosystème » poursuit la spécialiste qui précise que la coccinelle asiatique n’est pas dangereuse. Les regroupements observés sont un des signes avant-coureur de l’hiver, la colonie recherche un endroit pour hiberner et plutôt à l’intérieur des habitations, à l’opposé de sa cousine européenne qui préfère se nicher sous les écorces d’arbres et dans les sous-bois.
Pour étudier ces comportements, le Parc Naturel Régional des Boucles de la Seine Normande a créé un obser- vatoire pour recenser ces données.

Source: paris-normandie.fr

Both comments and pings are currently closed.


Comments are closed.

Design By Limace