Les insectes

La pyrale du buis

Cydalima perspectalis ou la pyrale du buis est une espèce de lépidoptères de la famille des Crambidae, décrite pour la première fois par Francis Walker, l’entomologiste anglais, en 1859. Originaire du Japon, de la Chine, de Taïwan, de la Corée, de l’Extrême-Orient de la Russie et de l’Inde, ce papillon a envahi l’Europe. Enregistré pour la première fois en Allemagne en 2006, puis en Suisse et aux Pays-Bas en 2007, en Grande-Bretagne en 2008, en France et en Autriche en 2009 en Hongrie en 2011, puis en Roumanie, Espagne et Turquie. Il a été observé en Slovaquie, en Belgique et en Croatie.

C’est lors des préparatifs des Jeux olympiques d’hiver de 2014 en 2012, qu’il a été introduit d’Italie à Sotchi, en Russie européenne, avec le stock de plantation de Buxus sempervirens. L’année suivante, il a défolié Buxus colchica en grande quantité.

Il a été enregistré en Ontario, au Canada, en août 2018 et dans l’est des États-Unis en mai 2021.

Les œufs mesurent 1 mm de diamètre et sont situés sous des feuilles vertes non attaquées. Les premières larves qui sortent de l’œuf mesurent environ 1 à 2 mm de long. Le développement des larves les amène en quatre semaines à environ 35-40 mm au maximum. Il y a un certain rétrécissement au début de la nymphose, les pupes mesurent 25-30 mm de long, d’abord vertes avec des lignes longitudinales brunissantes, puis de plus en plus brunâtres. L’envergure de la forme adulte est de 40 à 45 mm. Deux variantes sont observées, la plus courante est majoritairement blanche tandis que l’autre est le plus entièrement marron clair.

Cycle de vie :

Il y a deux ou trois générations par an avec des adultes papillon d’avril/mai à septembre. Dans les parties les plus chaudes de la zone d’importation européenne, avec des conditions froides arrivant tard dans l’année, il peut y avoir parfois quatre générations par an. L’espèce hiverne sous la forme d’une larve cocone juvénile (environ 5 à 10 mm de long), protégée dans un hibernarium composé de deux feuilles de Buxus solidement jointes par de la soie.

Plante hôte :

Dommages causés par l’alimentation des larves – il ne reste que le contour des feuilles et de l’excrément.

Les larves se nourrissent des feuilles et des pousses des espèces de Buxus (Buis). Les jeunes larves ne mangent que la partie supérieure de la feuille, laissant la structure intérieure la plus dure. Les feuilles ne sont pas complètement détruites mais apparaissent comme « pelées » en petites lignes de battements parallèles, ou presque complètement. Ces feuilles pelées finissent par mourir. Les vieilles larves sont les plus dommageables : elles mangent massivement et complètement les feuilles, laissant parfois cependant une fine partie au niveau du contour et du centre de la feuille. Des excréments verts en forme de boule peuvent généralement être observés sur les plantes hôtes.

Régulation naturelle ou prédation :

Vespa velutina (guêpe prédatrice asiatique) à la recherche active de larves de Cydalima perspectalis sur un buisson de buis infesté.

Dans la zone d’origine (Asie), une régulation naturelle se produit, comme en témoigne le comportement non destructeur de C. perspectalis. Dans la zone d’Europe où le papillon a été introduit, les dégâts sont très graves car la régulation naturelle ne se produit pas à un niveau significatif. Cependant, dans les zones européennes où le frelon asiatique (Vespa velutina) est présent avant l’introduction de C. perspectalis, un certain degré de prédation par la guêpe est observé (non confirmé par des résultats scientifiques et clairs). C’est notamment dans le sud-ouest de la France, le premier endroit où V. velutina a été introduit en Europe en 2004 (C. perspectalis a envahi cette zone en 2012). V. velutina est capable de capturer de petites larves et des larves se préparant à la nymphose dans leur cocon. Là où V. velutina a été introduit, cela cause d’autres problèmes car il s’attaque aux abeilles mellifères et les abeilles mellifères européennes sont plus vulnérables que leurs homologues asiatiques. Des recherches supplémentaires sont menées pour déterminer si C. perspectalis convient aux espèces de parasitoïdes, telles que le tachinide Exorista larvarum.